La douleur psychique, plus grave que la douleur physique

0
122

Nous avons tendance à surveiller notre corps et notre santé physique bien plus que notre santé émotionnelle. Par exemple, nous faisons des bilans de santé annuels, mais l’idée de faire un bilan psychologique ne nous traverse même pas l’esprit.

Nous savons que si une petite blessure physique, comme une coupure, devient plus douloureuse avec le temps, c’est le signe d’une infection plus grave. Mais si le fait de ne pas avoir obtenu de promotion au travail reste douloureux sur le plan émotionnel après plusieurs semaines, nous ignorons que nous sommes peut-être en train de faire une dépression. Dans cet article, nous allons vous faire découvrir pourquoi la douleur émotionnelle est plus grave que la douleur physique :

Les souvenirs font mal

Se souvenir de la fois où vous vous êtes cassé la jambe ne vous fera pas mal, mais se souvenir de la fois où vous vous êtes senti rejeté par votre amour de lycée vous causera une douleur émotionnelle importante. L’une des douleurs émotionnelles les plus importantes est de se rappeler un être cher décédé. En effet, surmonter un deuil est toujours difficile, c’est pourquoi il faut recourir à une aide extérieure pour y faire face.

Notre capacité à évoquer la douleur émotionnelle par le simple souvenir d’événements pénibles est profonde et contraste fortement avec notre incapacité totale à revivre la douleur physique.

La douleur physique nous distrait de la douleur émotionnelle

Certains adolescents et adultes pratiquent le s’entaillent superficiellement la chair avec une lame parce que la douleur physique que cela provoque les distraits de leur douleur émotionnelle, ce qui les soulage.

Mais dans la situation inverse, cela ne s’applique pas. C’est pour cette raison qu’on ne voit jamais de femme enceinte choisir de gérer la douleur de l’accouchement en relisant la lettre de refus de l’université de son choix.

Malheureusement, bien que nous puissions préférer la douleur physique à la douleur émotionnelle, il est difficile pour les autres de la comprendre.

L’empathie est plus physique qu’émotionnelle

Lorsque nous voyons un étranger se faire renverser par une voiture, nous grimaçons, crions et courons pour voir s’il va bien. Mais lorsque nous voyons un étranger être victime de moqueries, il est peu probable que cela nous mette dans le même état d’alerte que la première situation.

Des études ont montré que nous sous-estimons systématiquement la douleur émotionnelle des autres, mais pas leur douleur physique. Cependant, ce manque d’empathie pour la douleur émotionnelle n’est réduit que si nous avons nous-mêmes vécu une douleur émotionnelle similaire très récemment. Dans le cas contraire, il est peu probable qu’on ressente la même peine d’une personne qui passe par une situation difficile.

Répercussions de la douleur psychique

Si par malheur vous recevez un appel concernant le décès de votre parent alors que vous êtes en train de déguster un plat avec votre partenaire le jour de la Saint-Valentin, il vous faudra probablement quelques années avant que vous ne puissiez apprécier de nouveau le même plat ou la Saint-Valentin sans éprouver de tristesse.

Mais si vous vous êtes cassé le pied en jouant au football avec vos amis, vous serez de retour sur le terrain dès que vous serez complètement guéri. La douleur physique laisse généralement peu d’échos (à moins que les circonstances de la blessure n’aient été émotionnellement traumatisantes), tandis que la douleur émotionnelle laisse de nombreux rappels, associations et éléments déclencheurs qui la réactivent.

La douleur émotionnelle impacte la personnalité

La douleur physique doit être assez extrême pour affecter notre personnalité et nuire à notre santé mentale (encore une fois, sauf si les circonstances sont également traumatisantes sur le plan émotionnel), mais même des épisodes uniques de douleur émotionnelle peuvent nuire à notre santé psychique de façon irréversible.

Par exemple, échouer à un examen à l’université peut créer de l’anxiété et une peur de l’échec. Un seul rejet douloureux peut entraîner des années d’évitement et de solitude. Les événements humiliants et stressants au collège peuvent nous rendre timides et introvertis à l’âge adulte, tout un patron strict peut nuire à notre estime de soi pendant des années.

Prendre soin de sa santé psychique

Toutes les raisons que nous avons énumérées (et de nombreuses autres) font que nous devrions accorder à notre santé émotionnelle autant (sinon plus) d’attention et de soins qu’à notre santé physique.

Malheureusement, nous le faisons rarement. Alors que nous réagissons à la première vue d’un reniflement ou d’une entorse musculaire, nous ne faisons pas grand-chose pour prendre soin des blessures psychologiques courantes telles que le rejet, l’échec, la culpabilité, la mélancolie ou la solitude.

Si nous appliquons immédiatement une pommade antibactérienne sur une coupure ou une éraflure, nous devrions faire de même pour les plaies invisibles qui tourmentent l’esprit.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici